vue sur les karst

Expédition Vang Vieng 2019 – Introduction

La 20ème expédition spéléologique à Vang Vieng (Laos) depuis 1998 s’est déroulée du 14 au 23 février 2019.

Participants

  • Jérôme Jouret (Spéléo-Club Aubenas)
  • José Leroy (Spéléo-Club de Paris)
  • Louis Renouard (Spéléo-Club de Paris)
  • Noé Vergez (Spéléo-Club Orgnac-Issirac).

Seizième expédition pour Louis et première pour les Ardéchois et José.

Présentation

carte vietnam

La ville de Vang Vieng est située à cent kilomètres au nord de la capitale Vientiane, au bord de la rivière Nam Song, sous affluent du Mékong. C’est un des principaux lieux touristiques du Laos, entourés de massifs calcaires qui sont le théatre de nos explorations depuis 1998.

Ces karsts s’étendent entre 102°20’ et 102°30’ de longitude est et entre 18°50’ et 19°05’ de latitude nord en rive droite de la Nam Song.

 Les calcaires s’étendent sur environ 155 km². Sur plus de la moitié de cette superficie les calcaires ont été aplanis par la corrosion, formant une plaine partiellement occupée par une couverture alluviale allochtone. Les reliefs calcaires sont pour l’essentiel répartis sur le pourtour de cette plaine, adossés aux formations non karstiques. Dans ses plus grandes dimensions le secteur karstique s’étend sur 30 kilomètres du nord au sud et 15 kilomètres d’est en ouest. Les calcaires s’élèvent jusqu’à 1600 mètres d’altitude au Pha Nampin au nord et 1553 mètres au Pha Deng au sud.  La plaine de la Nam Song est réguliérement inclinée passant  de 300 mètres d’atitude au nord à 230 mètres au sud.

Une présentation de la ville et des karsts environant est disponible sur le site de l’Association Spéléologique Privadoise. Un inventaire des cavités (datant de 2003) est aussi accessible sur le site du club EEGC.

Bilan

Les principaux objectifs concernaient les deux plus grands ensembles spéléologiques de la région de Vang Vieng.

Le premier était le système du Houey Yè, à proximité de la ville. Ce système constitue le drainage souterrain d’un poljé, rassemblant plusieurs grosses galeries étagées, temporaires ou fossiles, traversant une chaîne calcaire. Tous les orifices connus actuellement s’ouvrent du côté de la plaine, autour de la résurgence du ruisseau temporaire Houey Yè. L’année précédente nous avions réalisé la jonction entre Tham Houey Yè et Tham Pha Leusi, portant le développement à 12 kilomètres. Nos objectifs cette année étaient de faire la jonction avec la troisième grande cavité du système, Tham Nang Oua, et de traverser la chaîne calcaire en ressortant dans le pojlé.

L’autre secteur visé était le système de la Nam Sang, situé à quinze  kilomètres au nord de la ville.

C’est une percée hydrologique totalisant environ 8 kilomètres de galeries explorées, notre objectif étant de faire la jonction entre la perte et la résurgence.

Ces objectifs n’ont pas pu être atteints. Notre progression a été limitée par la mauvaise volonté des cavités, nous opposant trémies, colmatages et siphons, ajoutée aux effectifs réduits de l’équipe et à la brièveté du séjour.

Le total topographié reste assez modeste, de l’ordre de 500 mètres. Mais des prolongements intéressants ont été trouvés, qui nous ouvrent des perspectives pour les expéditions à venir. Et ça fera d’autant plus a découvrir la prochaine fois.

Matériel

400 mètres de cordes, perforateur, quantité de dyneema.

Logistique

L’équipe était logée à la Maylyn Guesthouse en rive droite de la Nam Song.
Location de motos pour se déplacer.

Sommaire


Commencer la lecture: Journal – 1ère semaine (du 14/02 au 21/02)

Auteur de l’article : Spéléo-Club Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *